Publicité en cours de FLE : Quand KFC nous propose un outil pour le niveau A1

Rédigé par Véronique, le 4 décembre 2011 | 1 Commentaire

Si vous voulez travailler sur les présentations ou la famille proche de façon un peu originale, voici une publicité impeccable : la publicité KFC « Dips Bucket », sortie en novembre 2011.

KFC

Bien que la publicité soit courte (environ 30 secondes), inutile d’aller jusqu’au bout avec le niveau A1 : seules les 20 premières secondes sont efficaces.

Objectif : se présenter en donnant son prénom, son âge et sa « place » dans la famille.

On y retrouve les quatre membres d’une famille (admirons au passage le retour de la famille idéale avec papa, maman, le fiston et la fifille!) attablés dans un KFC. C’est le fils qui se présente en premier, puis la fille, le papa et maman clôture le topo.

Pour vous aider, voici la transcription du dialogue:

La maman : Bon, je propose qu’on fasse un petit tour de table.

Le fils : Jérôme. Votre fils. 11 ans.

La fille : Bonjour. Isabelle. j’ai 16 ans et je suis la sœur de Jérôme.

Le papa : Jean-Marc. Votre père et le mari de …

La maman : Patricia. Mais, appelez-moi maman!

Et maintenant, c’est à vous de jouer! N’hésitez pas à partager en commentaire votre utilisation de cette publicité!

Téléthon 2011 : Et vous, que faites-vous?

Rédigé par Véronique, le 23 novembre 2011 | 1 Commentaire

Cette année, pour le Téléthon, nous avons décidé de nous engager.

A l’école, nous avons donc organisé notre Défithon, avec des paliers: plus nous récoltons d’argent pour le Téléthon, plus le défi est grand.

Première étape: nous porterons un tee-shirt portant une inscription contraire à ce que l’on pense (imaginez la directrice en train de porter un tee-shirt « interdit de me parler en français », par exemple).

Deuxième étape: faire cours toute une journée déguisés.

Et vous, qu’organisez-vous pour le Téléthon?

En attendant, si vous voulez faire un don, c’est par ici : Téléthon.

FLE – L’adjectif épithète : comment s’en passer?

Rédigé par Véronique, le 22 novembre 2011 | 2 Commentaires

Voici un billet paru dans le « 20 minutes » d’hier sur un exercice proposé aux étudiants en journalisme et que nous fait partager B.C. : « écrire une critique de disque sans employer d’adjectif épithète ».

L’article en lui-même vaut le coup d’œil. Son titre est un exercice de prononciation intéressant : « L’épique épithète ne manque pas de piquant » et sa construction excellente.

En partant de cet article, il est intéressant de proposer à des étudiants de niveau B1+ / B2 d’écrire à leur tour une critique (de musique, de restaurant…) avec cette même contrainte.

L'épique épithète ne manque pas de piquant

Publicité en cours de FLE : niveaux A1 à B2 – « Ma maman m’a dit que j’peux »

Rédigé par Véronique, le 21 novembre 2011 | Aucun Commentaire

Voici une nouvelle publicité vidéo qu’il est possible d’utiliser en classe de FLE: les préservatifs Hansaplast.

Dit comme ça, cette publicité ne vous dit sûrement rien. Par contre, si je vous dis « Ma maman m’a dit que j’peux », je suis sûre que vous voyez très bien. Si vous avez besoin de vous rafraîchir la mémoire, vous pouvez visionner la vidéo sur youtube: « Ma maman m’a dit que je peux ».

Pourquoi utiliser cette publicité?

Cette publicité présente un avantage certain pour une exploitation en cours de FLE: le produit et son slogan n’apparaissent  qu’à la fin du clip.

Deuxième avantage pour une exploitation en cours: le clip dure moins d’une minute! Le clip est composé de sept scènes très courtes, ce qui permet un travail en groupes et varié.

Contre-indication :
Ce clip publicitaire ventant les mérites de préservatifs de manière quelque peu explicite, il convient de ne pas le faire visionner sous toutes les latitudes ou à n’importe quel public.

Description du clip : 

On suit, tout au long de cette publicité, un jeune garçon dans des situations qui prêtent à rire. On le trouve respectivement à la cantine, puis dans une animalerie, chez un tatoueur, dans une salle de classe, en voiture, sur le point de monter dans un avion et à la maison.

Ce qui prête à rire, c’est que dans chacune de ces scènes, il réalise des actions qui ne cadrent pas avec ce qui est attendu : il mange une énorme glace à la cantine, achète un serpent, conduit une voiture sportive…

Dans la scène finale, il est chez lui, en pyjama. Il court vers une porte de chambre. « Maman, je peux mettre le chat dans la machine à laver? » Oui à répétition, le petit garçon fait un geste de victoire et court dans sa chambre.

Le slogan tombe: « Préservatifs Hansaplast. Pur plaisir. »

« Ma maman m’a dit que j’peux » : niveau A2.

  • Acte de parole 1 : Présenter quelqu’un.

Dans ce clip, ce n’est pas le choix qui manque. Il s’agira ici d’essayer de donner le maximum de détails, tant sur le physique que sur le caractère des personnages.

Il y a bien sûr le petit garçon. C’est celui sur lequel il sera possible de donner le plus de détails. Il y a aussi, dans l’ordre: les enfants de la cantine, la vendeuse de l’animalerie, le tatoueur, l’institutrice et le policier.

Diviser la classe en groupe et attribuer à chacun un personnage et le petit garçon.

  • Acte de parole 2 : Se situer dans l’espace.

Dans chacune des sept scènes, le petit garçon se trouve dans un endroit différent. Il est alors intéressant de demander aux étudiants de décrire certains de ces lieux. On peut également leur demander ce qu’on peut y trouver qui ne soit pas montré.

Par exemple: quels autres animaux trouve-t-on dans une animalerie?

Exploitation de la publicité pour le niveau A2.

  • Acte de parole 1 : Demander à quelqu’un de faire quelque chose. Répondre à la requête.

Travail en groupes. Demander à chaque groupe d’imaginer le dialogue qui a pu avoir lieu entre le petit garçon et chacun des personnages des six premières scènes avant que n’arrive sa fameuse réplique: « Ma maman m’a dit que j’peux ».

  • Acte de parole 2 : Participer à une conversation.

Faites imaginer un dialogue entre la maman du petit garçon et l’institutrice. Cette dernière est inquiète des bêtises à répétition de son élève et a décidé de parler à la maman pour comprendre.Suite à cet entretien, la maman est inquiète. Elle décide d’aller voir une voyante. Cette dernière lui raconte ce qu’elle voit dans le futur pour son fils.

Activités pour le niveau B1.

  • Acte de parole 1 : Exprimer une hypothèse.

Après le visionnage de la vidéo, demander aux étudiants d’imaginer quel produit peut être vendu. Pour cela, ils vont devoir réfléchir aux situations qui font qu’une maman peut accorder des souhaits aussi farfelus à son enfant.

  • Acte de parole 2 : Exprimer une opinion, un jugement.

A la suite de ces hypothèses, montrer la fin du clip. Demander aux étudiants de réagir. Leur demander s’ils pensent que cette publicité est efficace et leur demander de justifier leur opinion.

  • Utiliser le clip publicitaire comme déclencheur : le discours rapporté.

Demander aux étudiants de citer la phrase de justification du petit garçon. Leur faire analyser la structure de la phrase.

Cette analyse peut servir de point de départ pour un cours sur le discours rapporté.

« Ma maman m’a dit que j’peux » réaliser cette activité en B2.

  • Acte de parole : Argumenter en faveur ou en défaveur de quelque chose.

Cette publicité laisse rarement les étudiants de glace. Il est alors intéressant de leur proposer d’ouvrir un tribunal. D’un côté, les défenseurs de cette publicité. De l’autre, ceux qui s’y opposent.